Rubrique Ciné : Les scripts oubliés 5#

Bonjour à tous et à toutes.

Les beaux jours arrivent, les oiseaux chantent, les hérissons se trémoussent dans les prés, le PSG est encore éliminé de la Ligue des Champions… bref le printemps commence à pointer ses premiers symptômes rieurs. Ce n’est point une raison pour oublier les scripts oubliés, cette rubrique que vous adorez tant, comme en témoigne ce courrier, écrit d’une main frémissante par Donald T. de Washington (États-Unis) :

« Cher Jclegolas. Je suis fier de vous dire que votre rubrique « Les scripts oubliés » fait partie de mes navigations préférées sur internet. Tant de pertinence et d’authenticité réuni dans une seule rubrique procure en moi des joies inégalées. J’aurais toutefois une remarque à vous faire, qu’il ne faut pas, tant s’en faut, assimiler à un reproche : n’y aurait-il point des scripts oubliés dans le cinéma français ? »

Outre que tes propos me vont droit au cœur, ta remarque est fort pertinente mon petit Donald. Effectivement le cinéma français n’échappe point aux scripts oubliés. C’est donc l’occasion aujourd’hui de réparer cette lacune. Pour cela nous allons nous intéresser à un des plus grands succès comiques du cinéma hexagonal, je veux bien sûr parler de « Astérix et Obélix : mission Cléopâtre » réalisé par le toujours nul Alain Chabat en 2002, film dont il n’est pas interdit de dire qu’il s’agit d’un classique de chez classique.

Et là j’ai envie de dire attention, oui attention, attention (oui fais gaffe, attention, tu vas tomber de ta chaise si tu continues à te balancer…ah, trop tard) oui donc attention, car ce ne n’est pas à proprement parler d’un script oublié dont je voudrais vous narrer la trame mais plutôt d’un script alternatif. Script alternatif dites-vous ? Et oui car dans le travail harassant des scénaristes de film, il arrive très souvent que des choix interviennent dans telle ou telle façon de présenter les événements. C’est donc le cas ici dans une scène très célèbre du film susmentionné, en l’occurrence le monologue d’Otis. À l’attention de ceux qui n’auraient pas vu le film depuis moins d’une semaine redécouvrons ce monologue dans sa version définitive :

« Claude Rich (Panoramix) : C’est une bonne situation, ça, scribe ?

Edouard Baer (Otis) : Mais, vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres, des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée… Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face, je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ce n’est pas mon cas, comme je le disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu ; et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… Je ne suis qu’amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ? », eh ben je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour, ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une construction mécanique, mais demain, qui sait, peut-être seulement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi… »

Au vu de cette réplique dépouillée, on peut légitimement s’interroger sur un certain manque de profondeur et d’analyse qui peuvent finalement nous faire perdre certains éléments décisifs et pertinents qui ont pu conduire Otis à s’élever (Otis, s’élever, ah ah) vers d’autres horizons professionnels. C’est pour cela que le script alternatif aurait peut-être pu s’avérer un choix plus judicieux. Mais je vous sens pétri d’émotion impatients à l’idée de le découvrir et il n’est nullement dans mes intentions de vous faire languir plus longtemps. Donc voici en exclusivité mondiale ce script alternatif du monologue d’Otis :

monologie-dotis.jpg

« Claude Rich (Panoramix) : C’est une bonne situation, ça, scribe ?
Edouard Baer (Otis) :Oui. »

 

Étonnant, non ?
Respect et robustesse.


JClegolas

Une réflexion sur “Rubrique Ciné : Les scripts oubliés 5#

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s